Projet d’accueil extra-scolaire

L’accueil

 

L’école Notre Dame Immaculée organise une garderie extrascolaire.

Les enfants y sont accueillis à 3 moments-clés de la journée par les mêmes équipes d’accueillants, à savoir : une équipe le matin, une équipe à midi et une équipe le soir, ainsi qu’une équipe le mercredi après-midi. Ce qui assure une stabilité des encadrants pour les enfants. Malgré le fait que la plupart des accueillants (tes)  soient des ALE, ce sont les mêmes personnes qui assurent la garderie depuis une petite dizaine d’années. Il y a très peu de changement de personnel. De temps à autres, certaines personnes changent d’affectation au sein de l’école mais elles sont connues des enfants et vice-versa.

Le projet d’accueil a pu s’insérer dans une école à caractère familial : la structure, l’organisation de l’école et l’esprit qui y règne font que chaque personne s’y sent à l’aise et peut apporter ses qualités et compétences particulières. Ce dont témoigne par exemple cette ambiance familiale est la façon dont sont gérés des lieux de vie comme la cuisine, qui est équipée (machine à lessiver, lave-vaisselle, frigo, vaisselle, essuies, …) et entretenue avec soin, sans gaspillage : des restes de desserts (dans le frigo des desserts lactés et sur la table un plateau de fruits) peuvent servir lorsqu’un enfant a oublié sa collation ; des récipients et vieux essuies sont récupérés pour les ateliers de peinture et de bricolage etc.

 

Les lieux

Partant de là, les équipes sont organisées pour accueillir les enfants dans des espaces scolaires : cantine, salles de classes, salle de gymnastique, cour de récréation …

Certaines fonctionnalités de ces locaux peuvent être employées telles quelles (la cantine pour les repas et collations, la cour de récréation, la salle de gymnastique pour une activité qui requiert plus d’espace).

L’accueil du matin se fait dans le réfectoire.

Après l’école, en dehors des mercredis après-midis, les aînés sont pris en charge par des professeurs dans les salles de classe pour les études dirigées. Les enfants de maternelle sont réunis en un seul groupe. Ils goûtent, prennent l’air et sont ensuite réunis dans le réfectoire pour jouer (cfr « jeux » infra).

 

Aménagements

Par contre, des aménagements ont été faits dans l’organisation du mercredi après-midi : jusqu’ici, les enfants de la garderie (maternelles et primaires) étaient réunis dans un local (réfectoire) avec 2 accueillants(tes).

Le groupe a été divisé en 3 (2,5 ans/5-8 ans et 8-10 ans) groupes d’enfants capables  de jouer ensemble d’après leurs âges respectifs et leurs centres d’intérêt.

Trois locaux ont été mis à leur disposition (le réfectoire, une classe de maternelle et un autre  local polyvalent), ce qui permet à chaque animateur (trice) d’accueillir et d’organiser des activités propres à l’âge des enfants qui lui sont confiés. Sans pour autant exclure le fait que les groupes peuvent se réunir pour certaines activités ou occasions festives (par ex. un goûter de Noël, un film, ou une activité extérieure lorsque le temps le permet).

Un quatrième local (la salle de gymnastique) a également été mis à la disposition des animateurs, où peuvent s’organiser jeux, parcours de psychomotricité, séances de relaxation etc. dans un endroit assez spacieux.

Actuellement, étant donné que ces groupes sont au stade de la mise en route, nous avons privilégié l’ancrage des enfants dans chaque groupe par tranche d’âge et, une fois que la « vitesse de croisière »  sera acquise, et que chaque accueillant connaîtra bien les enfants de son groupe, les enfants pourront choisir, avec l’accord de l’adulte, de passer un ou plusieurs mercredis après-midi dans un autre groupe. Les enfants commencent à demander de pouvoir rejoindre un autre groupe pour « voir » ce qui s’y fait ou pour y participer aux activités. Nous essayons d’organiser cela petit à petit mais ce n’est pas toujours évident étant donné qu’il faut garder un certain équilibre dans les groupes, ne fût-ce qu’au niveau du nombre d’enfants, et du fait aussi que souvent les demandes sont faites à la dernière minute. Nous devons encore nous organiser entre accueillants pour nous mettre d’accord et trouver une ligne de conduite par rapport à cela, pour ne pas surcharger un groupe et pour prévoir le matériel et les jeux.

 

Matériel

Un budget est régulièrement alloué à l’achat de jeux et matériel de bricolage pour les garderies.

Les achats ont été faits en tenant compte des centres d’intérêt de chaque tranche d’âge et avec l’aide de Fanchon Martens pour ses conseils et ses bonnes adresses, de l’ASBL ateliers Baobab, de la ludothèque d’Evere, du magasin Casse-noisette (entre-autres).

La garderie a notamment fait l’acquisition de poupées, d’une petite cuisinière, de pâte play-doh, d’une maison de poupée en bois avec personnages et d’une ferme en bois avec animaux, d’une livre de relaxation pour tous petits, d’un train « brio », de tapis de jeux, de boîtes de blocs « kapla », de plusieurs jeux de société dont halligali, puissance 4, blokus, rummikub, Uno, mikado géant, « les chevaliers de la tour », plusieurs jeux sous forme de cartes (batameuh, minifamily, mistigri, cocotaki) et rushhour (jeu de concentration pour jouer seul, quand un enfant a besoin de se calmer, de se recentrer) ainsi que des cordes à sauter…

Pour le bricolage aussi, du matériel qui a déjà bien servi comme gouaches, écoline, pinceaux, ciseaux, colle, marqueurs,…

 

Structures et repères

Les enfants trouvent des points de repère dans la journée par

– les activités proposées (temps scolaire, garderie)

– les personnes qui les prennent en charge à ces différents moments, qui sont les mêmes tous les jours (professeurs ou accueillants (tes))  selon les activités proposées.

C’est ainsi qu’ils finissent par savoir ce qu’ils vont faire, avec qui et à quel moment, ce qui leur offre un cadre rassurant. La marque de la confiance des enfants par rapport aux encadrants est qu’ils s’adressent souvent à eux pour amener un problème, une dispute ou autre, même dans le cadre d’une cantine ou au milieu d’un couloir ; mais cette confiance s’instaure petit à petit et le fait que le personnel  soit stable aide grandement à ce climat puisque enfants et accueillants apprennent à mieux se connaître mutuellement.

C’est ainsi que des moments de relation privilégiée peuvent s’instaurer avec les adultes qui les ont en charge.

La relation entre accueillants, et entre enseignants et accueillants est aussi importante parce que des informations sont échangées (un enfant arrivé « malade » à l’école, une difficulté particulière…) et que cela permet de mieux appréhender et comprendre chaque enfant.

Les accueillants qui sont présents le matin reçoivent les informations des parents et ceux qui sont là le soir donnent les informations de la journée si nécessaire.

 

Partenariats

Certains enfants se rendent en minibus à l’activité des « marmottons » (ludothèque-bibliothèque de la commune d’Evere) pendant la semaine.

Le mercredi en fin de matinée et début d’après-midi, le centre culturel d’Evere vient sur place pour un atelier « conte » et un atelier « bricolage ».

A midi également, bien que ce moment n’entre pas dans le cadre du décret ATL, signalons que des ateliers ont lieu tous les jours avec des professionnels dans chaque domaine : initiation à la musique (La Chaise Musicale), théâtre (Bouldegom), aquarelle (ARNA, Art et Nature Evere), psychomotricité (professeur de gymnastique).

 

Projet pédagogique

Une cohérence est instaurée dans l’approche pédagogique par rapport aux enfants, enseignants et accueillants (tes) se référant au règlement de l’école, ce qui permet à tous d’appliquer le même règlement et de donner des consignes et des limites claires aux enfants. Quand un problème se pose, ou qu’une dispute intervient entre enfants, un dialogue est instauré et la parole est donnée à chacun des « protagonistes », après leur avoir laissé du temps pour se calmer – et au besoin les avoir écartés du groupe le temps que la colère passe. Dans un troisième temps, on cherche les solutions pour éviter que cela ne recommence et on rappelle les lois à respecter (par exemple ne pas en venir aux mains, ne pas humilier, ne pas exclure un enfant …). Le cas échéant, c’est le directeur qui rappelle au personnel – et/ou aux enfants – la ligne à suivre par tous et qui au besoin intervient dans les cas difficiles.

Certaines « règles » de l’école peuvent être négociées avec le directeur en ce qui concerne la garderie qui est un temps « à part » (par exemple emploi d’un local ou d’un couloir pour une activité, emploi de jeux spécifiques à la garderie dans la cour de récréation…). Et une grande autonomie est laissée aux accueillants (tes) qui désirent amener leurs projets (activités, jeux, propositions d’aménagements etc. dans les limites du possible).

Il se peut aussi que des enfants restent dans leur coin ou soient tristes, nous essayons alors de savoir pourquoi, de leur faire comprendre qu’ils ne sont pas seuls face à ces moments plus difficiles, et de les consoler si nécessaire.

Des moments de joie et même d’émotion ont lieu aussi, dans le groupe. Par exemple, le bruit a couru chez  les enfants que c’était l’anniversaire d’un enfant de 8 ans  qui était arrivé en

cours d’année et tous les enfants se sont mis à applaudir spontanément ! A ce moment nous avons  ressenti que cet enfant était accueilli par les autres.

Les enfants coopèrent : ils aiment beaucoup aider pour installer les jeux, ranger, tenir la porte pour laisser passer un groupe,  aider les plus jeunes, en somme participer activement à la vie et dans  beaucoup d’occasions ils se « disputent » le privilège de pouvoir aider.  Etant donné qu’ils ne peuvent pas le faire tous en même temps, des tours de rôle sont instaurés et ils prennent leurs responsabilités très à cœur : c’est rare qu’ils oublient leur tour !

 

Formations

En ce qui concerne les formations, depuis la mise en place du projet ATL,  de nombreuses formations ont été suivies par le personnel de la garderie (e-a. Beps, formations théoriques et pratiques avec le Fraje,  le Ceméa, l’asbl Farce, Casse-noisette etc.). Tous(tes) les accueillants(tes) ont suivi le « socle de base » de 100 ou 50 heures, selon le cas.

Pour rappel, les accueillants(tes) sont rémunérées par l’école pendant leurs heures de formation.

Un temps est prévu avec chaque accueillant(e) pour mettre à jour sa fiche (diplômes, certificats, formations, expérience) et envisager ce qui est nécessaire d’aborder comme formations continues étant donné que tous ont suivi le « socle de base ».

 

Premiers soins

Un « sac à dos » – pharmacie contenant un  matériel de premiers soins ainsi que quelques médicaments et crèmes homéopathiques est tenu à la disposition des accueillants (tes), ainsi qu’un téléphone mobile.

Plusieurs accueillantes ont suivi la formation « Beps » de la Croix-Rouge.

 

Quelques pistes pour améliorer encore la qualité de la garderie :

– Instaurer des moments formels de rencontre entre accueillants(tes), pour pouvoir

.  se coordonner

.  s’entraider

.  organiser ensemble une activité, un bricolage, un petit moment festif, un jeu à l’extérieur lorsque le temps le permettra…

.  trouver des solutions aux problèmes qui se posent

.  proposer et recevoir les inscriptions pour les formations

– Mettre à profit plus souvent les espaces qui nous sont offerts comme la salle de gymnastique où on peut organiser par exemple des circuits de  psychomotricité  ou une séance de relaxation pour les petits, entre-autres.

– Faire un dernier volet de gros achats, qui pourrait être consacré à des jeux d’extérieur comme par exemple  diabolos, quilles, balles, sets de badminton, …

Et également à une boîte de kapla parce que les enfants ne savent pas aller jusqu’au bout de leurs constructions par manque de blocs.

– Placer un tableau noir sous le préau dans la cour de récréation.

– Instaurer un petit projet de « goûters sains » en proposant aux enfants d’apporter une collation saine et en parler avec eux.

– Pour l’année prochaine éventuellement, quand les équipes seront bien « rodées », emprunter une valise de livres au « Ligueur » pour les tout –petits  (3,5 euros / an).

 

Pour rappel,  les présences à la garderie sont prises tous les jours et encodées dans un tableau prévu à cet effet.